Magazine Être

Emploi, handicap et prévention


© Adobe Stock/NDAB Creativity

Emploi Réussir

Fiche pratique : pour bien débuter...

par Michaël Couybes, Mars 2021


Comment mettre en place les premières mesures d’accessibilité numérique dans une entreprise ? Les conseils pratiques de Sébastien Delorme, expert en accessibilité numérique, fondateur et consultant d’Ideance.


Par quoi commencer ?

Dans cette période de crise où les priorités en entreprise se concurrencent, toute Mission Handicap (MH) qui souhaite lancer une démarche de mise en accessibilité numérique doit bien préparer ses arguments. Le contexte lui en fournit un certain nombre : l’obligation légale, la marque employeur, mais aussi l’opportunité business ouverte par la directive européenne.

« Même si la MH n’est pas directement responsable de la déclaration d’accessibilité, elle peut en revanche impulser la démarche, convaincre les entités de l’importance de prévoir une déclaration d’accessibilité et un plan d’action », indique Sébastien Delorme, expert en accessibilité numérique.

La MH peut d’abord sensibiliser les directions qui lancent les appels d’offres de contenus numériques, sont en relation avec les prestataires et vont pouvoir y inclure une clause d’accessibilité numérique : marketing, communication, systèmes d’information, achats, ressources humaines...

Qui associer ?

L’obligation légale prévoit la nomination d’un responsable accessibilité numérique dans les entreprises concernées. « L’idéal est que la Mission Handicap s’appuie sur un ambassadeur à un poste clé dans l’une des directions concernées et mette en place un groupe de travail avec les référents des directions pour le référencement des besoins, la sensibilisation des équipes... », préconise l’expert.

Par qui se faire accompagner ?

Même si le nombre de prestataires en accessibilité numérique a quadruplé ces dix dernières années, seule une demidouzaine peut accompagner les entreprises sur toute la chaîne de mise en accessibilité : Access42, Atalan, Ideance, Tanaguru, Temesis, Urbilog. « Pour valider la démarche, il peut être intéressant de faire appel à des utilisateurs en situation de handicap, salariés, représentants associatifs ou travailleurs indépendants handicapés (TIH) », souligne Sébastien Delorme.

Comment financer ?

« Tant au titre du budget d’un accord handicap ou des déductions relatives à la contribution prévues dans la DSN, la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel stipule que les dépenses liées à l’accessibilité numérique de l’entreprise seront prises pour leur montant en HT et à hauteur de 10 % du montant de la contribution annuelle pour autant que ces dépenses aient été supportées par l’entreprise et engagées au bénéfice de collaborateurs en situation de handicap à l’exclusion de dépenses réalisées pour l’ensemble des salariés ou de la clientèle », indique-t-on au ministère du Travail.

Au motif d’aménagements de poste, des entreprises parviennent à financer des travaux de mise en accessibilité numérique sur le budget de leur accord ou de leur convention handicap. « Mais la situation évolue, observe l’expert. Avec l’obligation légale, la responsabilité est déportée vers les budgets des directions concernées. »


Pour aller plus loin...

Le point sur les obligations d’accessibilité numérique en France : https://www.linkedin.com/in/sebastien-delorme (accessible si inscription sur LinkedIn).

Les éléments clés de l’accessibilité numérique : https://blog.ipedis.com/conformite-accessibilite-numerique-elements-cles.

Numéro 164, mars 2021