Magazine Être

Emploi, handicap et prévention


Société Connaître

L'écologie à l'épreuve du handicap

Décembre 2019


Que l’on prenne le sujet par le biais de la santé environnementale, des pollutions, des inégalités sociales, des achats responsables et même de la philosophie, la question de l’écologie par le prisme du handicap est pertinente… et vice-versa.


Tandis que la liste Europe Écologie-Les Verts est devenue la troisième force politique française aux Européennes et que la jeune Suédoise Greta Thunberg, autiste Asperger, multiplie les déclarations alarmantes sur le réchauffement climatique, l’écologie est devenue, à la sortie d’un été historiquement caniculaire, une préoccupation majeure pour les Français. Dans ce défi, l’un des plus importants qui nous attendent, quel lien existet-il avec le handicap ? Tout d’abord, en ce qui concerne la santé environnementale, les pollutions, telles que la mauvaise qualité de l’air, de l’eau, l’exposition aux perturbateurs endocriniens, aux particules fines, à des solvants…, peuvent affecter la santé et créer des maladies chroniques souvent synonymes de situations de handicap, même si ces liens sont parfois complexes à établir. « L’origine environnementale, à l’instar de la prévention comportementale, des pathologies telles que le cancer est de plus en plus prise en compte par les professionnels de la santé », explique Julien Cartier, docteur en santé publique au département Prévention cancer environnement du centre LéonBérard, à Lyon. Tout le monde se souvient également de l’affaire dite des bébés nés sans bras, agénésiques transverses du membre supérieur (ATMS), dans trois départements, Ain, Morbihan et Loire-Atlantique, pour laquelle la recherche des causes environnementales est toujours en cours.

Quand le handicap mène à l’écologie

Si, dans un sens, des problèmes écologiques peuvent générer une situation de handicap, de l’autre, la survenue d’un handicap peut parfois représenter un déclic vers une conscience et un comportement écologiques. Nombreux sont les témoignages de personnes qui ont changé de métier, de consommation et de vie en se recentrant sur leur lien avec la nature et les autres et en appliquant au quotidien des gestes et des principes écologiques. Dans cet esprit, il n’est pas rare de voir des entreprises adaptées et des Ésat (Établissement et service d’aide par le travail) développer des activités professionnelles liées à la nature et à l’environnement. Elles participent ainsi au bien-être des personnes handicapées et les forment à des métiers d’avenir tout en accompagnant la politique de Responsabilité sociale d’entreprise (RSE) de leurs clients.

“Le sens de l’existence”

Avec la loi Pacte, et en particulier le label handicap entreprise, le gouvernement a tenté, certes timidement, de faire entrer l’emploi des personnes handicapées dans le développement durable. « C’est une démarche à la fois bénéfique pour les personnes handicapées et pour les collègues et managers qui apprennent à s’affranchir de leurs représentations souvent figées et standardisées », commente Corine Pelluchon, philosophe de l’éthique. « Accueillir des personnes différentes sur le lieu de travail peut aider à se préparer à tous les autres changements que requiert l’écologie, poursuit-elle. Il ne peut y avoir de réflexion écologique profonde sans une réflexion sur le sens de l’existence, sans la prise en compte et l’acceptation de notre vulnérabilité, de notre finitude et de notre dépendance à l’égard des écosystèmes et des autres vivants. »

Pour aller plus loin, enquête exclusive “Écologie et handicap” du n° 158 du magazine Être, automne 2019.