Magazine Être

Emploi, handicap et prévention


Emploi Entreprendre

En direct du Club : lanceur d'alerte

par Michaël Couybes, Septembre 2019


La rentrée s’annonce riche pour le Club Être avec des ateliers sur la matrice d’impact de la réforme emploi et handicap, une enquête sur les résultats obtenus par les entreprises et la participation à un collectif d’alerte.


La dernière réunion organisée par le Club Être, en juillet dernier à Paris, a fixé la feuille de route de la rentrée. Devant le succès rencontré par la matrice de simulation d’impact de la loi Pénicaud 2, dite “Avenir professionnel”, sur les politiques emploi et handicap des entreprises engagées (voir article p. 38), le Club Être a décidé de proposer aux responsables Mission Handicap, Diversité… des ateliers pour les aider dans leurs simulations à quelques mois de l’application des premiers décrets. Au-delà de l’aspect financier, celles et ceux présents à cette dernière réunion ont participé à un “world café” où ils ont pu réfléchir sur les opportunités et les menaces du nouveau cadre légal sur leurs politiques et sur les moyens pour continuer à mobiliser les dirigeants. Le Club Être les a également invités à répondre à une nouvelle enquête “Mieux connaître le présent pour préparer l’avenir”. « Son analyse permettra de collecter des arguments objectifs sur le bien-fondé de l’efficacité de leur action et d’amorcer une nouvelle discussion avec les pouvoirs publics, avec des indicateurs collectifs pour construire des voies d’avenir », explique Emmanuel Perret, le directeur du Club Être.

Expertise collective

À l’initiative du groupe de travail Prospective du Club Être, un collectif d’alerte regroupant plusieurs partenaires de l’insertion socioprofessionnelle des personnes en situation de handicap a été créé et s’est réuni pour la première fois en juillet. Ses membres, l’APHPP, l’Arpejh, le Conseil national du handicap (CNH), la Fedeeh, le Gesat, H’up et le Club Être, ont la volonté d’être force de proposition et d’alerte. « Ce collectif est convaincu de la nécessité du changement pour donner un second souffle à la dynamique de l’emploi des personnes handicapées en France, indique Emmanuel Perret. Mais ses membres ont la volonté d’analyser aussi les conséquences de la réforme et d’alerter notamment le Défenseur des droits sur les risques qu’elle fait courir aux personnes handicapées et principalement les plus vulnérables. »

Parallèlement à ce collectif, le CNH, auquel participe le Club Être, vient de publier un communiqué à l’attention des pouvoirs publics pour constater que la réforme ne repose pas sur une évaluation précise des besoins des bénéficiaires, que les indicateurs de l’État et des acteurs institutionnels, ainsi que leur relation, ne permettent pas un suivi suffisamment efficace et dynamique. Et de proposer « un pilotage et une gouvernance de la politique d’emploi des personnes handicapées avec des objectifs, des outils et des moyens clairement identifiés et consacrés ».


D'autres acteurs aussi...

Après les inquiétudes exprimées par les entreprises du Club Être, d’autres acteurs ont tenu à alerter les pouvoirs publics. Force ouvrière et la CPME l’ont fait à propos de l’impact de la loi Pénicaud 2 sur les politiques emploi et handicap. En juillet dernier, des associations représentatives ont à leur tour communiqué sur les menaces que fait peser cette réforme sur l’accompagnement vers et dans l’emploi des personnes en situation de handicap, et en particulier sur l’avenir de l’Agefiph, « dont le rôle se verrait amputé avec la volonté du gouvernement de confier à Pôle emploi le pilotage et les fonds du dispositif ».

Numéro 158, septembre 2019